Aller au contenu principal
Publié le 25 septembre 2022 à 17:45

L'entente de principe approuvée par 88% des employés membres du STTRC



Suite au vote qui s'est déroulé aujourd’hui, les employé.e.s membres du STTRC (Syndicat des travailleuses et travailleurs de Radio-Canada) se sont prononcés en faveur de l'entente de principe intervenue dernièrement entre les comités de négociation patronal et syndical. 

 

« Je suis très heureux de ce résultat, a déclaré Michel Bissonnette, vice-président principal de Radio-Canada. Nous croyons qu’il s’agit d’une bonne entente, raisonnable et responsable, en lien avec les demandes des employé.e.s. et les priorités de Radio-Canada. » Selon M. Bissonnette, le nouveau contrat de travail propose des solutions aux défis actuels de l’industrie comme la pénurie de main-d'œuvre, la rétention et le développement des employé.e.s.

 

Une rencontre avec les représentant.e.s de CBC/Radio-Canada et du STTRC sera organisée prochainement pour officialiser la ratification de la convention collective. Celle-ci sera dès ce moment en vigueur jusqu'en mars 2025.

 

Faits saillants de la convention collective liant CBC/Radio-Canada au STTRC

  • Augmentations salariales :
    • Rétroactivité salariale de 1,5 % à partir d’avril 2021.
    • Augmentation salariale de 2 % en avril 2022 et 2023 (pour chacune des années).
    • Augmentation salariale de 1,5% en avril 2024, avec possibilité de révision sous certaines conditions.
  • Stabilisation de la main d’oeuvre :
    • Affichage de 120 postes permanents; 
    • Permanentisation d’un certain nombre de postes contractuels de recherchistes et d’édimestres, ainsi que tous les postes de météorologues.
  • Équité, diversité et inclusion (EDI) : les parties se sont entendues sur la mise en place d’un programme d’embauche prenant en considération la diversité et l’inclusion.
  • D’autres aspects opérationnels ont été couverts dans l’entente de principe, comme la gestion des horaires de travail, le recrutement, l’ancienneté, les affectations temporaires de même que le télétravail.