Aller au contenu principal
Publié le 23 février 2022 à 13:55 | Mis à jour à 14:06

À pleine voix - Un documentaire de Saïda Ouchaou-Ozarowski

Mardi 8 mars 2022 à 20 h


Pour souligner la Journée internationale des droits des femmes, le documentaire À pleine voix de Saïda Ouchaou-Ozarowski, produit par le Studio de la francophonie canadienne de l’ONF, sera diffusé le mardi 8 mars 2022, à 20 h dans le cadre des Grands reportages sur ICI RDI et sur ONF.ca. La réalisatrice, basée à Toronto, offre une perspective inédite sur la réalité des femmes musulmanes au Canada, d’une grande pluralité. Un regard décomplexé, honnête et sensible pour dissiper les préjugés.

Féministes et déterminées, six Canadiennes de confession musulmane prennent la parole et déconstruisent un à un les préjugés les concernant. Les femmes musulmanes ne sont pas celles que l’on pense : elles ne sont ni silencieuses ni soumises. À pleine voix laisse la place aux principales intéressées, leur permettant ainsi de partager leurs parcours singuliers sans tabou, en toute simplicité.

De Montréal à Toronto, en passant par New York et la côte ouest du Canada, Sonia, Kenza, Asmaa, Loubna, Eman et Farheen ouvrent la porte sur leurs expériences avec aplomb et sensibilité. Elles évoquent leur rapport à la liberté, à la religion et à la culture, et, ce faisant, dévoilent leurs aspirations et leurs questionnements.

À propos de la réalisatrice
Saïda Ouchaou-Ozarowski est une Française d’origine algérienne et berbère. Toute son enfance, elle a baigné dans la culture musulmane de ses parents et a cherché en grandissant à comprendre cette religion en démêlant le message religieux des coutumes et des interprétations patriarcales. Saïda a étudié le droit à Paris et s’est impliquée dans le milieu associatif pour devenir conseillère municipale à 20 ans à Arcueil.

Le 11 septembre 2001 a été un tournant dans son cheminement. Elle se trouvait à ce moment-là à Vancouver. Ce tragique événement l’a marquée, tout comme la couverture médiatique qui a suivi et les amalgames rapides dont ont été victimes les populations de culture musulmane en Occident. Après avoir discuté avec de nombreuses femmes musulmanes, elle a décidé de travailler à faire tomber les préjugés, à changer la trame narrative. À pleine voix est né.


- 30 -